You are here

Stockage et utilisation des donnees


Les possibilités dutilisation, par les organisations internationales non gouvernementales, dordinateurs et de traitement électronique des données (Part #3)


[Parts: First | Prev | Last | All] [Links: To-K ]


Les ordinateurs et les installations à cartes perforées présentent une souplesse considérable pour ce qui est du stockage de données destinées à être utilisées par la suite pour différentes études.

Avantages de l'emploi d'ordinateurs

  • forme compacte du stockage de ces données.
  • codes sur caries perforées : 160.000 caractères sur 40 x 20 x 9 cm.
  • informations sur bandes magnétiques : de 800.000 à 20.000.000 de caractères sur une bande de 800 m x 1,25 cm.
  • informations sur disque magnétique : de 5 à 8.000.000 de caractères par disque.
  • vitesse à laquelle l'information enregistrée peut être traitée.
  • cartes perforées : à raison d'environ 1.300 caractères à la seconde.
  • bandes magnétiques : jusqu'à environ 120.000 caractères à la seconde.
  • disques : à raison d'environ 260.000 caractères à 'la seconde.
  • souplesse et multiplicité des diverses formules pouvant être utilisées.
  • rapidité avec laquelle il est possible de combiner des données, même si elles sont enregistrées en ordre différent, ou sur différentes bandes et/ ou disques.

Quelles sont les sortes de travaux de recherche que les OING peuvent utilement effectuer sur ordinateurs ?

L'on peut se servir des données pour deux sortes de recherches, principalement :

  • les données peuvent être réunies et traitées une seule fois, en vue d'un travail de recherche unique.
  • les données peuvent être réunies et mises à jour en vue d'études effectuées à des intervalles réguliers ou sur demande.

Le recours aux ordinateurs s'avère le plus intéressant lorsque ;

  • il y a lieu de traiter un volume considérable de données, p. ex. 10.000 assemblées avec 5 éléments d'étude.
  • le nombre de données est plus réduit mais le nombre d'opérations à effectuer est plus élevé; par exemple 5 assemblées avec 10.000 éléments d'étude.

Dans les deux cas cités, la quantité considérable de travail requis ferait reculer l'OING qui aurait recours aux seuls procédés manuels.

De quelle façon une OING pourrait-elle entamer pratiquement de tels travaux ?

II y a lieu pour l'OING de :

  • décider clairement à l'avance à quelles questions l'étude doit répondre.
  • réaliser un schéma (établissement d'un formulaire) permettant de répondre à chacune des questions pouvant être posée, au moyen d'un code unique ou d'une combinaison de codes. Le schéma doit correspondre à l'image d'une carte de 80 colonnes. Dans chaque colonne, il est possible de perforer un des 64 caractères (O à 9 et A à Z, etc...) de telle sorte que l'on obtient un maximum de 80 caractères par carte. Il est possible de choisir quelque combinaison de ces caractères que ce soit.

Une étude portant notamment sur la question des langues employées pourrait utiliser les codes suivants dans la partie de la carte réservée à la question des langues :

Nombre de langues utilisées (colonne 3l) ;

  • une langue 1
  • deux langues 2
  • trois langues 3
  • quatre langues 4
  • cinq langues 5
  • six langues 6
  • plus de six 7 non indiqué S

Emploi de l'anglais (colonne 32 (oui 1 non 0 non indiqué 9) Emploi du français (colonne 33 (oui 1 non 0 non indiqué 9)

  • examiner chacun des points sur lesquels porte l'étude, et remplir le formulaire pour chacun, selon les codes établis pour décrire chaque variation. Le formulaire-schéma est désigné sous le vocable de "document d'instruction de perforation de cartes".
  • envoyer l'ensemble des schémas à un bureau d'ordinateurs où les codes seront perforés sur des cartes à 80 colonnes, en se basant sur le schéma, de telle sorte qu'une carte soit perforée par schéma utilisé.
  • les cartes peuvent dès lors être traitées au moyen d'installations classiques, en vue de les ordonner en groupes convenables et de compter ces groupes au fur et à mesure. L'ordination se fait sur base d'un ou de plusieurs codes (perforations) portés sur les cartes perforées.
  • pour des études plus complexes, il est évidemment possible d'effectuer également des statistiques lorsque les cartes sont traitées par ordinateur; il est par exemple possible de déterminer la signification statistique de données, d'établir des pourcentages, etc... Les résultats de telles opérations seront communiqués sous forme imprimée.
  • si l'on a recours à un ordinateur, il est possible d'emmagasiner sur bande magnétique les données des cartes perforées, en vue d'opérations futures, en réponse à des questions ayant trait aux codes déjà établis.

Exemple de l'usage d'ordinateurs en vue d'études

Il a été procédé à l'analyse par cartes perforées, de données dont l'UAI disposait sous forme dactylographiée, au sujet de 2.500 organisations internationales et des réunions internationales tenues par celles-ci au cours des cinq dernières années. L'on utilisait une carte pour décrire chaque organisation. Un schéma avait été établi pour chaque organisation et un autre pour chaque réunion; chacun de ces schémas servit à préparer une carte perforée. L'étude a conduit à préparer quelque 5.000 cartes perforées. Les cartes contenaient des données telles que : date de fondation, nombre de membres, catégorie de budget, répartition géographique, fréquence des assemblées, etc...

En utilisant ces détails et en les combinant de façon convenable, il a été possible d'effectuer une vaste étude de l'évolution des congrès internationaux et des répercussions que celle-ci pouvait avoir sur le projet d'érection d'un centre de congrès.

Faisant appel à des procédés analogues, une ONG nationale de Grande-Bretagne a récemment interrogé ses membres sur les sujets qu'ils aimeraient voir traiter de préférence lors de leur prochain congrès.

Le questionnaire fut utilisé en tant que document d'instructions de perforation, les cartes furent perforées et analysées comme ci-dessus. L'organisation a, de la sorte, pu établir le programme de son congrès de façon à satisfaire le plus grand nombre de ses membres.

Il semble que l'utilité que ces techniques peuvent présenter pour chaque OING en vue de suivre et d'analyser l'évolution de sa branche propre, apparaît suffisamment : statistiques portant sur l'état de santé en différents pays, utilisation de statistiques ayant trait à l'éducation, emmagasinage et utilisation de données bibliographiques, etc...

Frais

Il est très difficile d'évaluer les frais sans disposer de détails quant au travail à effectuer. Chaque cas doit être jugé en particulier.

L'on peut répartir de la façon suivante les frais qu'impliqué ce mode de traitement des données : établissement du schéma/document d'instruction de perforation, réalisation du schéma pour chaque point du groupe à analyser, perforation des cartes d'après les différents détails, traitement des cartes perforées, analyse des résultats.

Les frais principaux sont ceux de la mise manuelle des données d'après chaque détail sur le formulaire schéma. Un des avantages de l'emploi des procédés automatiques est qu'aucune activité intellectuelle créatrice n'est requise à partir du moment où le schéma est préparé. Le travail ne doit pas être fait par un expert. L'expert ne doit consacrer son temps qu'à l'établissement du schéma et à l'interprétation des résultats. Les frais de traitement au moyen d'équipements classiques mécanographiques sont peu élevés (300 F.B. l'heure au maximum), mais ne permettent que les opérations simples. Les ordinateurs eux, dont l'heure d'utilisation est certes plus coûteuse, permettent par contre un traitement très rapide d'opérations complexes, ce qui réduit considérablement le temps d'utilisation de l'ordinateur. Les frais les plus importants consistent en l'élaboration du programme de l'ordinateur en vue d'obtenir les résultats désirés.


[Parts: First | Prev | Last | All] [Links: To-K ]