You are here

Passage des methodes anciennes aux methodes electroniques


Les possibilités dutilisation, par les organisations internationales non gouvernementales, dordinateurs et de traitement électronique des données (Part #5)


[Parts: First | Prev | All] [Links: To-K ]


Pourquoi étudier des méthodes nouvelles ?

  • La plupart des OING sont soucieuses de dépenser de façon aussi efficace que possible les fonds mis à leur disposition. Il est malheureusement nécessaire de consacrer une partie de ceux-ci aux frais généraux permettant de maintenir l'organisation en état de fonctionner. S'il est possible de réduire ces frais ou s'il est possible de permettre au personnel de consacrer moins de temps à des travaux routiniers, et plus de temps à la promotion des activités de l'association, il en résultera une plus grande efficience de l'organisation.
  • Il importe d'étudier continuellement les méthodes nouvelles en vue de déterminer si les activités actuelles peuvent être effectuées plus efficacement, et s'il est possible de réaffecter fonds, personnel et équipement à des fins qui augmenteront la quantité d'activités "réelles", évitant ainsi ce que l'on peut appeler "le gaspillage caché".
  • Le personnel peut diminuer le temps qu'il doit, avec les méthodes anciennes, consacrer au travail de correction, contrôle, etc...
  • Le Secrétaire Général peut être lui-même davantage libéré de toute obligation de vérifier luimême les opérations de routine. Il doit pouvoir se consacrer à la promotion des travaux de l'organisation en général.

Quelles sont les difficultés principales que les OING éprouvent à l'égard des ordinateurs ?

  • Ignorance quant à la façon de déterminer si le recours aux ordinateurs s'impose pour les opérations qu'elles ont à effectuer.
  • Appréhensions et doutes quant au coût de l'usage des ordinateurs.
  • Confiance et satisfaction procurées par les procédés classiques semi-manuels.
  • Réticence à traiter les problèmes routiniers d'une façon rappelant les procédés commerciaux et à but lucratif, de peur d'attenter au caractère de l'OING.
  • Crainte non justifiée que le contrôle de l'organisation ne passe en les mains "d'experts" qui n'ont pas à coeur les buts de l'organisation.
  • Crainte également non justifiée de devoir faire appel à du personnel spécialisé et coûteux, au sein même de l'organisation.
  • Confusion causée par le vocabulaire qu'affectionnent les experts en ordinateurs.
  • Ignorance du fait que les premières consultations d'un expert en ordinateurs sont gratuites.

Pourquoi les fabricants d'ordinateurs et les bureaux de service à façon n'ont-ils pas cherché à entrer en rapport avec les OING ?

Nombre des problèmes cités se présentent également aux sociétés commerciales; ils ont été résolus avec succès par les fabricants d'ordinateurs. Les raisons pour lesquelles ceux-ci ne sont pas entrés en contact plus tôt avec les OING sont :

  • le manque de connaissances sur les organisations internationales non gouvernementales.
  • l'impression générale, commune au monde gouvernemental et des affaires, que les organisations sans but lucratif n'ont pas d'orientation efficace et ne se soucient pas d'améliorer leur productivité.
  • l'impression a priori que les organisations sans but lucratif n'ont pas de problèmes suffisamment complexes pour avoir besoin de traitement automatique des données.
  • la crainte que les budgets modestes des OING ne leur permettent de consacrer les fonds nécessaires à la solution de leurs problèmes.
  • la quantité réduite des données "semi-commerciales" ou de routine traitée.
  • le peu de démarches des OING en vue de faire prendre conscience aux fabricants d'ordinateurs du marché qu'elles représentent. En outre, les OING ne sont peuttre pas assez reconnues comme étant un groupe d'organisations bien défini.
  • la plupart des sociétés fabricantes d'ordinateurs s'intéressent plus à la location d'une machine entière qu'à l'utilisation partielle de leur propre machine.

Quelles sont les démarches que les OING pourraient effectuer, et à qui doivent-elles s'adresser ?

Les OING qui désirent mieux connaître les possibilités offertes par le traitement électronique des données, peuvent faire appel aux organisations suivantes :

  • les différents bureaux de service à façon, mentionnés plus haut, qui seraient disposés à discuter des problèmes particuliers en vue d'y apporter une solution au moyen de l'équipement dont ils disposent.
  • les bureaux de programmation indépendants qui ne disposent pas d'équipement mais qui analyseront les problèmes et établiront des programmes pouvant être utilisés sur la plupart des machines.
  • l'U.A.I. envisage de préparer un programme établi tout spécialement à l'intention des OING, et qui pourrait être utilisé de façon indépendante par les OING ou conjointement avec l'UAI, dans le but de diminuer les frais en augmentant le volume commun des données.
  • des sociétés indépendantes de consultants en organisation étudieront le problème pour le compte d'OING individuelles.

Ce que nous avons essayé d'accomplir.

Nous espérons qu'au moyen de la présente note, ainsi qu'au cours de l'assemblée en vue de laquelle elle a été rédigée, nous aurons pu mettre en lumière les possibilités d'emploi, par les OING, d'équipements complexes modernes. Nous espérons avoir ouvert la voie qui mènera à des contacts entre les OING et le monde des ordinateurs, en vue d'obtenir :

  1. une plus grande efficacité et une productivité accrue pour chaque OING.
  2. une réduction du temps consacré par un personnel qualifié à des opérations de routine journalière.
  3. un accroissement des activités des OING ne nécessitant pas un accroissement de personnel.

[Parts: First | Prev | All] [Links: To-K ]